LE MOT DE L’AMBASSADEUR

 

AHMAD MAKAILA

Ambassadeur du Tchad en France

Depuis le 31 janvier 2023, Ahmad Makaila est Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Tchad auprès de la République Française et Ambassadeur non-Résident auprès du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord, de l’Espagne, du Portugal, de la Chypre et du Vatican.

Il est également Représentant permanent auprès de l’UNESCO et de l’OIF.

De juin 2018 à janvier 2023, M. Makaila a été Ambassadeur auprès de la Suisse, et Représentant permanent auprès de l’Office des Nations unies à Genève, de l’OMC et des autres Organisations Internationales basées en Suisse.

Précédemment Porte-Parole du Ministère des affaires étrangères, M. Makaila fut également Porte-Parole de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Mali (MINUSMA) en 2017.

M. Makaila était de 2010 à 2016 Directeur Général Adjoint de l’Office National de Radio et Télévision du Tchad (ONRTV) responsable du contenu éditorial des deux antennes (la radio et la télévision), il fut juste avant cette position Directeur de l’Agence Tchadienne de Presse (ATP).

Reporter de guerre, M. Makaila a couvert la guerre au Tibesti (nord Tchad) en 2000 et au nord Mali en 2013.

De 2005 à 2010, M. Makaila a travaillé concomitamment comme Chroniqueur éditorialiste pour Radio France Internationale (RFI), Consultant pour la FAO et Coordonnateur du Projet d’Appui au Renforcement des Capacités de la Société Civile (PARCOSCIT).

M. Makaila fut Conseiller en Communication du Président de la République, de 2002 à 2004.

À Genève, il fut Président du Groupe des Ambassadeurs africain, Coordonnateur du Groupe des PMA à l’OMC de 2019 à 2022 et Président du Groupe des Ambassadeurs francophones

M. Makaila a été membre du Groupe Consultatif au Conseil des droits de l’homme, à ce titre, il a siégé et délibéré au Comité de sélection des rapporteurs spéciaux et détenteurs de mandats des procédures spéciales, conformément à la résolution A/HRC/5/21 des Nations unies en 2021.

M. Makaila est auteur et a publié « Décryptage de l’actualité internationale » en 2015 chez l’Harmattan (France),

M. MAKAILA est titulaire d’un Master en administration et management de l’Université de Lille (France), Il est également diplômé en journalisme de l’IFTIC (Niger).

M.MAKAILA a reçu les distinctions suivantes :

– Officier de l’ordre du mérite Tchadien ;

– Citoyen d’honneur de la ville de Louisville/Kentucky (Etats- Unis).

Il parle en plus de sa langue maternelle le kanembou, le dazaga, le français, l’anglais et l’arabe.

Chers (es) internautes

Bienvenue sur le portail de l’ambassade du Tchad en France.

Cet espace se veut un lieu convivial et dynamique pour les échanges et une passerelle entre vous et nous.

Vous y trouverez les informations sur les activités de la Mission, de notre représentation auprès de l’UNESCO et de la Francophonie ainsi que les actualités nationales.

 Nous rendons également disponible des informations sur les services que nous offrons, notamment la délivrance des visas et d’autres documents administratifs (carte consulaire, acte de naissance, acte de mariage et de décès …)

Nous proposerons volontiers à nos visiteurs les attractions culturelles du Tchad mais aussi le potentiel économique et les possibilités d’investissement.

En attendant la visite physique que nous espérons proche, soyez les bienvenus (es) au « Tchad virtuel »

Bonne navigation.

Télé Tchad en direct

Dernière minute

Abderaman Koulamallah, nouveau Chef de la diplomatie tchadienne

Premier Gouvernement de la 5ème République: M. Abderaman Koulamallah  est nommé  Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Étrangères, de l’Intégration Africaine, des Tchadiens de l’Etranger et de la Coopération internationale, Porte-parole du Gouvernement.

Allah-Maye Halina, nouveau Premier Ministre du Tchad

Par décret n°001/PR/2024 du 23 mai 2024, le Président de la République, Mahamat Idriss Deby Itno a nommé l’Amb. Allah-Maye Halina, Premier Ministre du Tchad. 

Mahamat Idris Deby Itno, investi Premier Président de la 5ème République du Tchad

La cérémonie de prestation de serment s’est déroulée  le jeudi 23 mai 2024 au Palais des arts et de la culture de N’djaména en présence de plusieurs invités.

Message de félicitations de l’Ambassadeur du Tchad à Paris à Son Excellence Monsieur Mahamat Idriss Deby Itno, Président élu de la République du Tchad

News

Les vidéos

► : Lecture.   ⧇ : Plein écran      Picture-in-picture : Affiche la vidéo

Présentation des Lettres de créance de SEM. Ahmad Makaila à sa Sainteté le Pape François (Vatican, 07.12.2023)

173 ème session de l’Assemblée générale du Bureau International des Expositions (BIE), Paris le 28 nov. 2023

42ème session de la conférence générale de l’Unesco – Déclaration de SEM. Ahmad Makaila, Ambassadeur, représentant permanent de la République du Tchad à l’UNESCO au débat de politique générale.

Ambassade du Tchad à Paris, 65 rue des Belles Feuilles 75116 Paris. 01 45 53 36 75.
Ouverture du Lundi au Jeudi de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00, et le vendredi de 9h00 à 13h00.

L’Equipe

Le Gouvernement du Tchad

Nos anciens Ambassadeurs en France

Ajoutez votre titre ici

LE TCHAD EN BREF 

Devise : Unité, Travail, Progrès

Hymne : Le Tchadienne
Population : 18,4 millions d’habitants en 2023
Espérance de vie : 57,5 ans (hommes) et 59,3 ans (femmes)
Religions : Islam (55%), Christianisme et Animiste (45%)
Indice de développement humain : 190e 
Monnaie : Franc CFA

Capitale : N’Djamena
Villes principales : Abéché, Mondou et Sarh
Langues officielles : Arabe et Français

République : 28 novembre 1958
Indépendance :11 août 1960
Pays limitrophes : Libye (Nord), Soudan (Est), Niger, Nigéria et Cameroun (Ouest), République Centrafricaine (Sud)

Président de la transition, Chef de l’Etat : Mahamat Idriss DEBY ITNO
Premier ministre de transition, Chef du Gouvernement : Succès MASRA
Président du Conseil National de Transition (CNT): Haroun Kabadi

Sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO : Les lacs d’Ounianga (2102), Le Massif de l’Ennedi (2016).


Liens institutionnels utiles :

– Présidence de la République du Tchad : presidence.td

– Hôtel.com est un site qui aide à trouver un hôtel dans plus de 200 pays : hotel.com

Situé sur la rive droite du Bahr Salamat à quelques dizaines de kilomètres à l’Ouest de la ville d’Amtiman, dans le Sud Est du Tchad, le parc de Zakouma vaste étendue sauvage d’environ trois cent cinq mille hectares (305 000) a été créé en 1963. Il est le premier parc national du Tchad. Il habite des effectifs décents de gros mammifères et possède une très bonne végétation, un important réseau hydraulique, une faune dense et diversifié donc une quarantaine d’espèces de grands mammifères, des centaines d’espèces d’oiseaux et un peu plus de quatre-vingt (80) essences ligneuses. Les éléphants qui y vivent bénéficient de la protection du Gouvernement tchadien. Toute chasse à l’éléphant est interdite et le commerce de l’ivoire est banni depuis 1989 au Tchad. Le parc national de Zakouma est sous la tutelle du Ministère de l’Environnement et de l’Eau à travers la Direction de la Conservation de la Faune et des Aires Protégés. Il bénéficie du Programmes d’appui de la Commission Européenne depuis 1987. La lutte anti-braconnage et le contrôle des incursions illégales dans le parc sont ses principales missions. En mai 2005, le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des sports a introduit une demande pour l’inscription du Parc National de Zakouma aux patrimoines mondiaux de l’UNESCO. Cette demande se trouve encore dans une liste indicative et attend à être validée.

Situé dans le Nord-Est du pays à une quarantaine de kilomètres de la ville de Fada, Chef lieu de la région de l’Ennedi Est, le massif de l’Ennedi est formé de grès. Avec le temps, l’érosion de l’eau et du vent a sculpté ce plateau, découpant des canyons et des vallées, offrant des paysages spectaculaires composés de falaises, d’arches naturelles et de pitons rocheux. Ce joyau concentre une variété rare de paysages dans un enchevêtrement de roches labyrinthiques de grès, érodées par le vent, les sables et le temps. Dans les plus grands canyons, les eaux permanentes jouent un rôle capital de l’écosystème du massif, permettant la pérennité de la faune, de la flore et des habitants de ce lieu. Ce site naturel est d’autant plus remarquable que sur les surfaces rocheuses des grottes, des canyons et des abris, des milliers d’images ont été peintes et gravées au cours des siècles, constituant l’une des plus grandes collections d’art rupestre du Sahara, voire du monde. Ce site d’exception est classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2016.

Oasis au cœur du désert du Sahara, la guelta d’Archei « terre désolée » en arabe est une guelta du plateau de l’Ennedi au Nord-est du Tchad. C’est une cuvette ou l’eau s’est accumulée suite à une crue ou à des fortes pluies provoquant la création d’un bassin abrité par les imposantes falaises de grès, formant de ce fait des piscines semi-permanentes. La guelta d’Archei est le lieu de repos de caravanes chamelières au cours de leur longue traversée du désert. L’accumulation de la bouse au fil des années a permis au bassin de se fertiliser rendant la vie possible et agréable sur le site et dans ses eaux. Les algues en abondance nourrissent les poissons qui à leur tour constituent la principale ressource alimentaire pour les « crocodiles du désert » qui y vivent. C’est l’un des rares lieux ou l’on peut encore retrouver cette espèce de crocodiles beaucoup plus petits dépassant rarement les 2,5 m de longueur.

Situé au Nord du Tchad, en plein désert entre les massifs de l’Ennedi et du Tibesti dans la région de l’Ennedi, ce site naturel d’une grande beauté comprend 18 lacs interconnectés sur plusieurs centaines d’hectares. Véritables miracles de la nature, ces lacs possèdent un écosystème qui leur est propre, avec une faune et une flore d’une richesse à la fois singulière et diversifiée. Ces lacs d’eau douce, salés ou hyper-salés sont alimentés par des eaux souterraines. Ils sont classés depuis 2012 au Patrimoine mondial de l’Unesco.

LES CHIFFRES DE LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE

Une nouvelle dynamique anime la croissance économique tchadienne, après deux années de récession imputées à la baisse des recettes d’exportation de pétrole brut, et au manque de diversification du tissu économique national. Hors pétrole, on notera que l’agriculture (coton, céréales, gomme arabique, etc.) et l’élevage, le secteur industriel (cimenterie, raffinerie, brasserie, etc.) et les services (banques, commerces, télécommunications, etc.) représentent respectivement 50%, 15% et 35% du PIB. En 2018, le taux de croissance du PIB s’est affiché à 2,6% selon le FMI. La croissance du PIB réel s’est accélérée en 2019 (4,2 %) et devrait poursuivre ainsi jusqu’en 2020 (5,8 %), grâce à la remontée des cours du pétrole et à la renégociation de la dette Glencore. Pour mémoire, le Tchad est devenu un pays producteur de pétrole depuis 2003. Très impacté par la crise, le secteur secondaire tchadien montre des signes de reprise ainsi que le secteur tertiaire selon la Banque Africaine de Développement. Le solde budgétaire devrait ainsi enregistrer un excédent de 0,2 % du PIB en 2019 et 0,5 % en 2020, et, selon les projections, le déficit du compte courant s’établirait à 4,3 % et 4,5 % respectivement. L’inflation devrait se stabiliser à 2,3 % en 2019 et en 2020, conformément à ce qu’exige la CEMAC.

L’agriculture qui occupe 90% de la population, devrait aussi soutenir la croissance, compte tenu de la volonté des autorités tchadiennes de stimuler la production de coton, afin de diversifier l’économie. En effet, par le plan quinquennal de développement (2016-2020), l’Etat marque sa volonté de rééquilibrer l’économie, en valorisant le potentiel agricole. Ce plan prévoit aussi des volets sur l’amélioration du capital humain, de la gouvernance et de la protection sociale. Mais bien que la reprise soit tangible, il subsiste des risques. L’assiette fiscale devrait rester encore trop faible. L’engagement du Tchad contre le terrorisme et pour la sécurité dans le pays, et dans la région en générale, continue d’entraîner la hausse des dépenses de sécurité de l’Etat, ce qui ne permet pas au Gouvernement d’allouer plus de dépenses pour soutenir la croissance. C’est d’ailleurs en raison de ces difficultés budgétaires que le FMI a approuvé à l’été 2017 un accord de trois ans à hauteur de 312 millions de dollars, pour « rétablir la stabilité macroéconomique, et jeter les bases d’une croissance solide et inclusive ». Quarante-neuf (49) millions de dollars ont déjà été décaissés, le reste du montant étant échelonné sur la durée du programme. L’accord que la Société des hydrocarbures du Tchad a trouvé avec son créancier Glencore a non seulement permis de faire revenir le FMI qui a approuvé, le 13 avril 2018, un nouveau décaissement de 51 millions de dollars, mais aussi de faire venir de nouveaux partenaires. Pour mémoire, l’accord avec Glencore, signé en février 2018, a offert au Tchad deux années de grâce dans le remboursement du prêt dont la maturité a été rallongée « jusqu’à 12 ans ». Glencore a également concédé au Tchad une révision à la baisse du taux d’intérêt et s’est engagé à garantir l’approvisionnement en brut de la Raffinerie de N’Djamena. Les défis de l’économie tchadienne se résument actuellement à faire progresser les réformes structurelles visant à diversifier l’économie ; à améliorer le climat des affaires ; à favoriser l’inclusion financière et une croissance plus inclusive et à gagner le challenge de l’intégration régionale. En effet, pays enclavé, le Tchad fonde sa stratégie de développement aussi sur l’intégration régionale. Le pays contribue ainsi largement au développement des infrastructures d’intégration régionale, comme les routes dont la route transsaharienne Algérie – Niger – Nigéria – Tchad, une interconnexion électrique ou encore la préservation du Bassin du Lac Tchad.

Sources : FMI ; Perspectives économiques en Afrique (PEA) – Octobre 2019.

POURQUOI INVESTIR AU TCHAD ?

Les 7 principales raisons d’investir au Tchad :

Un pays naturellement riche (hydrocarbures, terres fertiles, etc.)

De nombreuses opportunités d’affaires (Tourisme, Agriculture, Tissu industriel, Infrastructures, etc.)

Une population jeune et laborieuse

Un environnement politique et économique favorable

Une activité économique réglementée

Un cadre indicatif favorable

Un cadre incitatif aux investissements.

Mesures incitatives à l’investissement

Le Tchad encourage la libre entreprise et les investissements privés, tant nationaux qu’étrangers, considérés comme levier du développement économique et industriel. Un certain nombre de textes garantissent les investissements privés au Tchad. Il s’agit de : la Charte Communautaire des Investissements. La Charte des Investissements de la République du Tchad, le Code Minier, le Codes des Impôts, le Code des Douanes, etc. La République du Tchad a conclu des accords bilatéraux et multilatéraux en matière de garantie des investissements : m Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (AMGI) ; m Agence Internationale pour le Règlement des Différents relatifs aux Investissements (CIRDI). La CIRDI adhère aux conventions de New York sur la recouvrance et l’exécution des sentences arbitrales internationales conclues en 1958 sous les auspices des Nation Unies ; à la Cour Communautaire de la CEMAC et au Traité de l’OHADA. Elle garantit l’application des procédures et des actes de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage de cette institution régionale.

DES POTENTIALITÉS ÉCONOMIQUES ÉNORMES

Le Tchad est un pays d’agriculture et d’élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous-sol est promoteur. Le pays regorge d’énormes potentialités pour son développement. Elles concernent aussi bien les ressources en terres que les ressources animales, pastorales, halieutiques, touristiques, minières et énergétiques.

Orientations Politiques en matière de développement industriel

Les orientations politiques en matière de développement du secteur industriel et artisanal accordent une priorité à la promotion du secteur privé représenté partout par les petites et moyennes entreprises (PME) étant entendu que ce secteur est appelé à jouer un rôle majeur dans l’économie nationale. C’est ainsi que conscient de l’échec de la politique économique adoptée au lendemain de l’indépendance, le Gouvernement s’est engagé depuis 1990 à réduire le rôle économique de l’Etat, en libéralisant l’économie et en encourageant le développement du secteur privé. Les principaux objectifs de cette nouvelle politique visent entre autres :

La réduction de la part de l’Etat des entreprises publiques ou para publiques ;

La privatisation de celles qui sont économiquement et financièrement rentables et la liquidation de celles qui ne sont pas viables ;

La promotion du secteur privé et la relance de l’appareil productif du pays ;

L’amélioration de l’environnement institutionnel et juridique des entreprises ;

La valorisation des ressources naturelles ;

L’amélioration de l’environnement socioéconomique permettant d’atteindre un taux de croissance plus élevé et soutenu nécessaire pour réduire la pauvreté de façon significative ;

L’amélioration de la gestion et de la situation financière de l’Etat ;

La création d’un cadre de concertation avec le secteur privé à travers le Forum pour le dialogue Etat et le Secteur Privé (FODEP).

LA CHARTE DES INVESTISSEMENTS DE LA RÉPUBLIQUE DU TCHAD

Un nouvel instrument d’incitation à savoir la Charte des Investissements de la République du Tchad a été mis en place. Cet instrument constitue surtout le cadre juridique de l’ensemble des dispositions destinées à favoriser l’instauration d’un environnement et des dispositions propices à la promotion des investissements et à l’implantation des entreprises. Elle énonce les objectifs et les mécanismes à mettre en œuvre pour favoriser l’investissement ou l’expansion des entreprises et des activités industrielles, sans discrimination selon l’origine de l’investisseur et le secteur d’activité dans lequel il opère. La Charte prévoit un certain nombre d’avantages et de garanties à accorder aux investisseurs tant nationaux qu’étrangers.

LE RÉGIME DOUANIER

Le Régime Douanier applicable au Tchad est le régime de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) caractérisé par la libre circulation des biens originaires des pays membres et un Tarif Extérieur Commun (TEC). Ce tarif extérieur commun a été récemment simplifié et allégé notamment en ce qui concerne l’ensemble des biens et matériels d’investissement dont le taux a été réduit à 10% quel que soit l’origine. En dehors de ce taux privilégié, qui s’obtient sans formalité administrative aucune, il n’y a pas d’autres droits et taxes à asseoir sur ces biens et matériels qui sont totalement exonérés des taxes sur le chiffre d’affaires en vigueur au Tchad. Il existe également au Tchad le régime de l’admission temporaire applicable aux matériels lourds destinés à être réexportés à la fin des opérations pour lesquelles ils sont importés. Les droits de douane sont suspendus sur les matériels bénéficiaires de ce régime pendant toute leur durée d’utilisation au Tchad.

LE RÉGIME FISCAL

Le Code Général des Impôts (CGI) accorde aux investissements, des exonérations temporaires d’impôts et de taxes. Il s’agit particulièrement de :

Contributions foncières des propriétés bâties ;

Contributions foncières des propriétés non bâties ;

La Taxe sur la valeur locative des locaux professionnels ;

La taxe forfaitaire et Taxe d’apprentissage ;

La patente;

L’Impôt sur les Sociétés ;

L’Impôt Minimum Fiscal ;

La déduction de 40% des sommes investies des bases taxables à l’impôt sur le revenu des personnes physiques et l’impôt sur les sociétés. Ces exonérations peuvent être accordées sous certaines conditions par convention d’établissements.

La Réglementation des Changes

Le Tchad, à l’instar de l’ensemble des pays de la CEMAC a adhéré, depuis 1996, aux dispositions de l’article 8 des Statuts du Fonds Monétaire International (FMI). A cet effet, la liberté des règlements relatifs aux transactions courantes est garantie. Les transferts des revenus du capital sous forme de bénéfices, de dividendes, d’intérêts, de redevances, etc. revenant à des non-résidents sont également libres comme les transferts des revenus salariaux.

LA DIASPORA TCHADIENNE EN FRANCE

La Diaspora tchadienne en France La Diaspora tchadienne en France est très active et rayonne dans tous les secteurs de la Culture. Ces forces vives et créatrices sont l’une des plus « belles vitrines » du Tchad à l’étranger. La Diaspora tchadienne en France est notamment représentée par quelques regroupements dont la Diaspora Tchadienne de France (DTF) et le Groupe d’Entraide à l’Enseignement supérieur et à la Santé au Tchad (GESST). La Diaspora tchadienne de France (DTF) Créée lors de l’Assemblée générale constitutive du 21 février 2009 à Paris, par des Tchadiens de France, à l’initiative de M. Abraham Roumba, la Diaspora Tchadienne de France (DTF) est une association régie par la loi 1901. Elle a pour vocation de créer une dynamique de solidarité au sein de la communauté tchadienne de la diaspora.

La DTF a pour objet de :

Mobiliser les Tchadiens de la diaspora et promouvoir l’union solidaire de la diaspora tchadienne pour le développement du pays ;

Promouvoir le développement du Tchad, notamment dans les domaines économique, social et culturel ;

Contribuer à la mise en place, au Tchad, d’un environnement institutionnel intégrant la diaspora tchadienne comme acteur à part entière du développement du Tchad ;

Mettre en place un partenariat avec l’Union Africaine pour la construction d’une véritable union africaine et le développement du continent africain, en général ;

Engager avec la diaspora africaine dans toute activité entrant dans le cadre de la construction de l’Union Africaine ou du développement de l’Afrique ;

Coopérer avec les partenaires et bailleurs de l’Afrique pour le développement, afin d’enrichir les possibilités de choix stratégiques des axes d’investissement et d’amélioration du développement.

Le Groupe d’Entraide à l’Enseignement supérieur et à la Santé au Tchad (GESST) : En août 2000, un groupe d’universitaires tchadiens de France a effectué une mission d’enseignement dans différentes facultés de l’Université de N’Djamena dans le cadre d’un projet du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), connu sous le sigle TOKTEN (Transfert of Knowledge Through Expatriate Nationals), autrement dit « Transfert des Connaissances à travers les Expatriés Nationaux ». Au terme de sa mission, le groupe a jugé utile de créer une association régie par la loi 1901 pour venir en aide à l’enseignement supérieur au Tchad. Le Groupe d’Entraide à l’Enseignement Supérieur et à la Santé au Tchad (GESST) a vu le jour et a pour objectif d’apporter son entraide à l’enseignement supérieur et à la santé publique au Tchad dans leurs composantes principales que sont la Recherche, la Formation et la Gouvernance.

http://www.gesstchad.org

D’EXCELENTES RELATIONS DE COOPÉRATION DANS PLUSIEURS DOMAINES

Les relations entre la France et le Tchad sont anciennes et intenses. Cette relation s’appuie sur une histoire commune faite d’un passé colonial, certes, mais aussi sur des faits historiques et héroïques du Tchad, avec le ralliement légendaire de Félix Eboué à la France Libre et le départ de Fort-Lamy de la colonne Leclerc qui a activement participé à la libération de Paris.

De son côté, la France n’a eu de cesse de soutenir le Tchad hier comme aujourd’hui et dans plusieurs domaines comme à l’occasion du décès du Maréchal du Tchad Idriss Deby Itno le 20 avril 2021. La présence du Président français Emmanuel Macron à Ndjaména lors des obsèques du feu Maréchal du Tchad Idriss Deby Itno, mort arme à la main en défendant l’intégrité du Tchad, le 20 avril 2021, est un exemple que la France ne lâchera pas le Tchad et sera toujours aux côtés du peuple tchadien. A cela s’ajoute la visite officielle du Président du Conseil Militaire de Transition le Général Mahamat Idriss Deby Itno à Paris le 5 juillet 2022 ou il a eu des échanges fructueux au Palais de l’Elysée avec le Président français Emmanuel Macron.

La France a également soutenu le Tchad lors de la conférence pour le financement du nouveau PND du Tchad (septembre 2017) par la présidence de la République tchadienne, et qui à sa clôture a récolté 20 milliards de dollars US de promesses d’investissements dont une contribution de la France à hauteur de 223 millions d’euros.

Cette table ronde a également été « l’occasion d’exprimer un soutien déterminé des partenaires internationaux à l’engagement du Tchad pour la paix et la sécurité régionale et l’accueil des réfugiés dans un contexte économique difficile ».

La République du Tchad est un partenaire essentiel de la France et de la communauté internationale, dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel et le bassin du Lac-Tchad. Pour mémoire, en 2018, la Conférence des donateurs pour la force antiterroriste du G5 Sahel qui a eu lieu à Bruxelles, et qui a réuni les deux Présidents, Son Excellence feu Idriss DEBY ITNO et Monsieur Emmanuel MACRON, aux côtés des autres Chefs d’Etat du Mali, du Niger, de la Mauritanie, du Burkina Faso et des décideurs internationaux, a été un véritable succès car l’objectif d’engranger 300 millions d’euros, en plus des 250 millions déjà mobilisés, a été dépassé à hauteur de 414 millions d’euros de promesses de dons. L’objectif de cette Force internationale est de lutter ensemble contre les attaques djihadistes qui visent le Mali et gagnent les États voisins, en pouvant poursuivre leurs auteurs au-delà des frontières. Cette force, déployée dans un premier temps aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger, s’ajoute à l’opération française Barkhane qui traque les djihadistes dans le Sahel, et à la Mission de l’Onu au Mali : la Minusma.

La France, amie traditionnelle et proche du Tchad, est aussi l’intercesseur du pays auprès de l’Europe et de la Communauté internationale. D’ailleurs, pendant deux ans (2014 – 2015), le Tchad et la France ont siégé ensemble au Conseil de sécurité des Nations Unies.

UNE COOPÉRATION MILITAIRE ET SÉCURITAIRE

La coopération militaire et sécuritaire entre la France et le Tchad se trouve plus que jamais renforcée. Cette « coopération militaire technique » qui a débuté par un accord signé en 1976, se concentre aujourd’hui dans la lutte contre le terrorisme. Les deux pays-partenaires sont ainsi intervenus ensemble au Mali pour combattre Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) en 2013. Depuis, le Tchad poursuit son engagement militaire au Mali dans le cadre de la MINUSMA (1400 hommes en mars 2018) malgré la perte de valeureux soldats. Pour rappel, depuis 2014, l’état-major de l’opération Barkhane est installé dans la Capitale tchadienne. Forte de 3 000 hommes, cette opération vise à lutter sur l’ensemble de la zone sahélo-saharienne contre les groupes armés terroristes et les trafics en tous genres susceptibles de déstabiliser les Etats concernés. Cette opération repose notamment sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina-Faso. A noter que cette force a quitté le Mali avec la rétrocession de la base de Gao le 15 août 2022.

La coopération militaire entre le Tchad et la France, c’est aussi la formation d’officiers tchadiens dans différents sites tels que l’École de Guerre ou l’École de Melun ; la reconversion des militaires de l’ANT (qui se fait essentiellement dans le domaine agropastoral ainsi que dans le domaine des métiers du bâtiment), le soutien institutionnel de la gendarmerie française par un renforcement de l’État de droit, et le soutien à la santé avec un appui au profit de l’Hôpital militaire d’Instruction. La coordination de la restructuration des Forces Armées et de Sécurité (FADS) est aussi un volet essentiel de cette coopération. Tout en assurant la coordination avec les autres projets, ce programme a pour but la restructuration et la modernisation des forces armées nationales tchadiennes. Axé sur l’amélioration de l’organisation interne du haut commandement et le conseil aux hautes autorités militaires, il vise à renforcer les capacités de commandement de l’armée nationale tchadienne (ANT). Il est également responsable de l’enseignement du français au profit des militaires non-francophones. A noter que dans le cadre de la sécurisation du territoire et de la surveillance des frontières, un projet de soutien à la réorganisation de la Garde Nationale et Nomade Tchadienne (GNNT) est mis en œuvre depuis plus d’une dizaine d’années. Unité emblématique, la Garde Nationale Nomade du Tchad est une force de sécurité intérieure qui assure des missions de police rurale sur l’ensemble du territoire tchadien. Dans le cadre du projet, une quinzaine d’unités ont déjà été réimplantées dans la partie sahélienne du Tchad, avec pour missions principales de participer à la protection des biens et des personnes dans les zones à très faible densité de population, de prévenir les désordres, de régler les conflits liés à la transhumance et de lutter activement contre le braconnage dans les parcs nationaux.

DES RELATIONS ÉCONOMIQUES BILATÉRALES

Les échanges commerciaux entre le Tchad et la France

Il existe des échanges économiques entre le Tchad et la France qui ne demandent qu’à croître et se diversifier. La France est l’un des premiers partenaires économiques du Tchad. Les exportations françaises (77,2 Me en 2018) couvrent principalement les produits agro-alimentaires, le domaine des équipements mécaniques, le matériel électrique et informatique. Les importations tchadiennes vers la France (47,5 Me en 2018) se composent quant à eux, essentiellement d’achats d’hydrocarbure et de produits sylvicoles (gomme arabique). Les principaux clients du Tchad sont les États-Unis, le Japon et l’Inde. Parmi ses principaux fournisseurs, le Tchad compte la France en troisième position, le Cameroun et la Chine, en tête. Le Tchad est actuellement le 124ème partenaire commercial de la France. Le pays est le 119ème client de la France, son 113ème fournisseur et son 124ème excédent.

La présence de la France au Tchad

La France est un des premiers partenaires économiques du Tchad. Sa présence y est ancienne et diversifiée. Actuellement, le Tchad accueille une vingtaine de sociétés ou filiales d’entreprises françaises installées ou en mission. Ces entreprises représentent environ 5 000 emplois directs et 40 000 emplois indirects. Elles représentent également une part élevée des recettes fiscales du pays. Les sociétés françaises présentes au Tchad interviennent principalement dans l’agroalimentaire avec la Compagnie sucrière du Tchad (groupe VILGRAIN) et les Brasseries du Tchad (groupe CASTEL) ; dans le BTP avec SOGEA-SATOM (groupe VINCI) ; dans la distribution des produits pétroliers avec TOTAL ; dans l’exportation de gomme arabique (Colloïdes Natures International) ; dans le secteur bancaire, avec la SGBT, filiale de la Société Générale, 1ère banque au Tchad ; dans l’assurance avec GRAS SAVOYE ; dans la logistique et les transports avec GEODIS (groupe SNCF), SDV (groupe BOLLORE) et le bureau d’AIR FRANCE ; et enfin, dans l’hôtellerie avec le groupe ACCOR (Novotel La Tchadienne et plus récemment, l’Ibis La Tchadienne) et la restauration collective (CIS). Il existe aussi des implantations françaises ou entreprises locales appartenant à des Français, essentiellement dans la restauration, les services et le BTP. Disposant de perspectives de développement importantes, les entreprises françaises sont plus que jamais invitées à investir au Tchad tant le pays regorge de potentialités dans tous les secteurs de son économie. Depuis quelques années, le Tchad s’ouvre aussi à d’autres marchés comme l’Egypte, les pays du Golfe, le Nigéria et l’Afrique centrale, avec par exemple sa production de gomme arabique et la transformation de produits locaux issus de l’agriculture (coton) ou encore le développement d’une industrie de transformation de la viande, etc.

LA COOPÉRATION CULTURELLE, SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE

Depuis 2017, la France a accordé au Tchad 10 M€ d’aide budgétaire et 40 M€ de prêts concessionnels de soutien budgétaire dans le cadre du programme du FMI. Le Tchad bénéficie tous les ans d’une aide de la France via le fonds d’urgence humanitaire, permettant de financer des projets humanitaires et de stabilisation. L’Agence Française de Développement (AFD) est un acteur majeur et très actif dans cette coopération.

La coopération de la France est également présente dans les secteurs de l’appui à la Gouvernance, l’Enseignement supérieur et la Recherche. Dans le domaine de la culture, le Tchad et la France œuvrent ensemble pour une coopération pérenne et dynamique, et à laquelle l’Institut Français du Tchad (IFT) est associé.

DOCUMENTS À TÉLÉCHARGER ET DÉMARCHES ADMINISTRATIVES

Copyright © 2023-2024 Ambassade du Tchad